lundi 21 mai 2007

La visiteuse de prisons

Rachida Dati, toute nouvelle Garde des Sceaux, passe sa première nuit en prison à Fleury Mérogis et poursuit le lendemain matin sa prise de fonctions en assistant aux audiences du Tribunal d'Evry.
Voilà finalement une droite que j'aime bien : celle qui retrousse ses manches et va voir sur place de quoi il retourne. Ça ne fait pas de Mme Dati un doux agneau (voir ses déclarations ici), mais au moins se préoccupe-t-elle de ce sur quoi elle travaille.
Elle me rappelle Christine Boutin, qui n'est pas franchement ma tasse de thé, mais qui me réjouit quand elle débarque à l'improviste dans une prison pour y vérifier les conditions de détention, en s'appuyant sur la droit qu'a un député, en tant que représentant du peuple, de se voir ouvrir sans demande préalable les portes des établissements pénitenciaires. Je n'ai pas vraiment entendu parler de députés de gauche qui aient utilisé ce droit pourtant bien utile !

Ci-dessus : photo des couloirs de Fleury tirée du site prison.eu.org (cliquez sur l'image pour vous y rendre)

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Pour moi il faudrait plutôt féliciter son cabinet, car c'est en effet une belle opération de communication. Qui peut sincèrement imaginer qu'elle aura passé une nuit dans les conditions réelles d'un détenu ? Avec les multiples brimades, confiscations et surtout la fameuse fouille au corps ? Par ailleurs, n'importe qui peut passer une nuit en prison. Ce qui rend la détention horrible, c'est le temps qui passe, justement. Faire croire qu'une nuit en prison peut ouvrir les yeux à une ministre sur le monde carcéral, c'est à mon avis se fourrer le doigt dans l'œil. Si madame Dati veut savoir ce qui se passe en prison, qu'elle lise ce rapport qui a déjà 7 ans !

Jean Philippe a dit…

Je ne suis guère surpris qu'on me reprenne sur ce sujet... Cette visite est, naturellement, symbolique (a contrario, les visites impromptues -ou plus exactement, non annoncées à l'avance- de Ch. Boutin on vocation à faire bouger concretement et l'opinion publique et les parlementaires) ; Est-ce un symbole publicitaire ou le signe de la volonté de la Ministre de prendre en compte la réalité carcérale ? Je penche plutôt pour la seconde possibilité, parce que pour un coup de pub, c'était franchement pas top ! L'avenir nous dira qui a raison...

Anonyme a dit…

"L'avenir nous dira qui a raison..."

Suppression cette semaine de la subvention de Matignon à l'OIP (à lire dans le Canard Enchaîné de cette semaine). C'est une première !

Ah, voilà une droite qu'on aime bien :-)