vendredi 6 juillet 2007

Devoirs de vacances

Exercice 1 :

Monsieur Arnault est propriétaire depuis plusieurs années du quotidien économique La Tribune, qui perd environ 12 millions d’euros par an.
Aujourd’hui, il se propose de vendre ce quotidien pour racheter Les Échos, le grand concurrent de La Tribune.
Question : Sachant que Les Échos gagne actuellent environ 10 millions d’euros par an, en combien de temps M. Arnault arrivera-t-il à lui faire perdre 12 millions ?
(L’usage de la calculette est autorisé)


Exercice 2 :

Actuellement en Grande Bretagne on compte 5% de chômeurs, ce qui est un excellent score connu de tout le monde ; il y a par ailleurs 20% de pauvres (soit 12 millions de personnes), ce qui est peut-être un tout petit peu moins connu.
La France, cancre des pays développés, compte aujourd’hui autour de 9% de chômeurs ; et à peu près 11% de pauvres (soit 6 millions et demi de personnes.)
M. Sarkozy souhaite que la France arrive le plus vite possible à 5% de chômeurs.
Question 1 : Peut-on raisonnablement espérer faire progressiverment passer notre pourcentage de pauvres de 11 à 20% de façon à rattrapper le niveau de nos brillants voisins d’outre Manche ?
Question 2 : À votre avis, l’augmentation du nombre de pauvres sera-t-elle directement proportionnelle à la baisse du chômage ou au contraire plus rapide ?
(NB, dans l'ensemble de ces exercices, par « pauvre » on entend les individus vivant avec moins de 60% du revenu médian, soit environ 780 euros par mois en France et sans doute à peu près autant en G.-B.)

Exercice 3 :

Le gouvernement prépare des allègements fiscaux à hauteur de 11 à 13 milliards d’euros en année pleine, en supprimant pratiquement tous les droits de succession et en limitant l'ISF payable par les plus fortunés de nos concitoyens.
Ce montant représente (voir exercice 2) à peu près 2 000 euros par pauvre.
Imaginons maintenant qu’au lieu de prévoir ces allègements, le gouvernemant fasse un cadeau fiscal aux pauvres en leur offrant à chacun 2 000 euros.
Selon vous :
  • Réponse 1 : Ce n’est pas une bonne idée parce que toute façon les pauvres achètent des choses de mauvaise qualité (et souvent d’assez mauvais goût.)
  • Réponse 2 : Ce serait une erreur parce que tout ce qui apauvrit les riches finit un jour où l’autre par apauvrir les pauvres (selon l’adage qui veut que quand les riches seront pauvres, les pauvres seront morts.)
  • Réponse 3 : C’est une bonne initiative, à condition d’abaisser la première tranche d’imposition sur le revenu.
Exercice 4 :

Pour financer les dépenses de santé, le gouvernement réfléchit à 2 options :
  • première possibilité : augmenter la CSG prélevée sur tous les revenus de 2% environ,
  • deuxième possibililté : augmenter le taux « normal » de la TVA qui affecte toutes les dépenses (ou presque) de 5%.
Sachant que les ménages les plus modestes ont un taux d’épargne de l’ordre de 0% et que les ménages aisés ont eux un taux d’épargne de l’odre de 15 à 30% selon leur degré d’aisance, et que, comme nous l'avons rappelé plus haut, on ne paye la TVA que sur l'argent qu'on parvient à dépenser :
  • Question 1 : calculez l’économie moyenne que réaliseraient les ménages les plus aisés si le gouvernement choisissait l’option TVA plutôt que l’option CSG.
  • Question 2 : calculez la probabilité pour que le gouvernement choisisse l'option CSG.
Pour cet exercice, on considèrera comme négligeable la problématique "TVA sociale".

Photos (de haut en bas) : • portait de B. Arnault par Kerleroux, emprunté sur www.bakchich.info (vaut le détour) • Raining Stones, le chef d'œuvre de Ken Loach,Le ministère des finances • Saint Nicolas annonçant à B. Arnault en prière que c'est bien l'option TVA qui a été choisie.

1 commentaire:

l'informateur a dit…

Exercice 2 :
Il serait injuste de ne pas préciser que Sarko a donné des objectifs chiffrés de baisse du nombre de pauvres à l'horizon 2012 : selon Le Monde du 9 juillet 2007, il vise une réduction de 1/3 des 7 millions de pauvres qu'il comptabilise aujourd'hui.
Rendez-vous dans 5 ans !